Kellé vous guide vers l'art à Paris

Actualité – Poussin/Velasquez

Les œuvres de deux grands artistes du XVIIème siècle, Nicolas Poussin et Diego Vélasquez sont exposées actuellement au  musée du Louvre et au Grand Palais. Elles ont fait l’objet, jeudi 28 mai,  d’une confrontation à l’auditorium du Louvre par le biais des deux spécialistes mondiaux reconnus de ces peintres, Pierre Rosenberg  de l’Académie française (Poussin)  et Jonathan Brown de la New York University (Vélasquez). Un vrai moment de bonheur intellectuel !

Cette table ronde  a permis de mettre en évidence les différences entre Poussin et Vélasquez :

Tout d’abord dans leur personnalité : Poussin, artiste solitaire qui ne recherche pas la reconnaissance mondaine et Vélasquez, chef d’atelier, homme de cour qui a œuvré toute sa vie pour être anobli.

Et puis dans leur peinture : Poussin dessine, Vélasquez peint à la prima, Poussin peint lentement, a du surmonter des difficultés techniques,  Vélasquez a une grande aisance avec les pinceaux, la peinture de Poussin est une peinture intellectuelle, le monde de Poussin est hors du temps, la peinture de Vélasquez est plus accessible, il peint une temporalité réelle.

Pour illustrer ces propos une dizaine de  tableaux des deux artistes  ont été mis en parallèle, retenons le rapprochement qui a été fait sur le thème de la mythologie et du dieu Apollon, avec  L’inspiration du poète de Poussin et la Forge de Vulcain de Vélasquez peints tous les deux dans les années 1630 à Rome :

« Poussin place Apollon dans une allégorie », le thème c’est celui de l’Inspiration qui vient ou ne vient pas, qui est donnée à certaines  personnes et pas à d’autres, chez Vélasquez « la mythologie redescend sur terre » : Vélasquez place Apollon dans une forge. Sur le plan pictural Vélasquez prend toujours des raccourcis, il reste dans l’approximation, dans la suggestion  dans certains détails du tableau. Chez Poussin au contraire la force de la tradition classique  s’impose, sa peinture est parfaitement finie.

Ces deux peintres ont en commun d’avoir inspiré et d’inspirer de grands artistes contemporains dont Picasso, Francis Bacon, Cy Twombly et bien d’autres.

Même si je suis plus une vélasquézienne qu’une poussiniste j’ai suivi le conseil de Pierre Rosenberg « la peinture de Poussin est difficile…il faut prendre du temps pour regarder ses tableaux ». J’ai regardé avec beaucoup d’attention quelques tableaux de Poussin, Elizeer et Rebecca, …et je suis rentrée pleinement dans son monde, sa peinture.

Je vous conseille donc d’aller voir l’exposition Poussin, il y a très peu de monde en fin de journée, elle donne un autre regard sur l’œuvre de Vélasquez.

poussin1 poussin2